US Open: l'exploit de Clara Burel face à la lauréate de Wimbledon Elena Rybakina

La Française Clara Burel lors de son match contre la Kazakhe Elena Rybakina à l'US Open le 30 août 2022

Clara Burel, 131e mondiale et issue des qualifications, a réalisé l’exploit de battre la lauréate du dernier Wimbledon, la Kazakhe Elena Rybakina (25e), 6-4, 6-4, mardi au premier tour de l’US Open.

“Je suis 131e mondiale, elle elle vient de remporter Wimbledon, elle est 25e mais si elle avait eu les points de Wimbledon elle serait encore mieux classée, donc c’est sûr que c’est un petit exploit”, savourait la Française en référence à l’absence de points WTA (et ATP) distribués lors du Majeur sur gazon en raison de la décision du tournoi de refuser les joueurs russes et bélarusses en représailles à la guerre en Ukraine.

En même temps, “quand on voit le match, je ne pense pas qu’on voie qu’elle est 100 places plus haut que moi au classement. J’ai été plus solide et je pense que ça s’est vu”, a-t-elle ajouté.

– Une saison compliquée –

Burel, qui participe à 21 ans à son deuxième Majeur new-yorkais (élimination au 1er tour en 2021), affrontera la Belge Alison van Uytvanck (43e) pour une place au troisième tour.

“Elle a un jeu assez particulier. Un peu comme Rybakina, ça va très vite, elle prend la balle très tôt donc on peut s’attendre à tout. Je l’ai jouée il y a deux ans en Australie au premier tour, j’avais perdu dans un match accroché. C’est une très bonne joueuse alors ça va être difficile, c’est sûr”, a analysé Burel au sujet de sa prochaine adversaire.

La Française traverse une saison compliquée: 74e mondiale en début d’année, elle n’avait jusque-là remporté que huit matchs sur le circuit principal et évolue sans entraîneur depuis quelques semaines.

Elle a été éliminée au premier tour des trois premiers tournois du Grand Chelem (Open d’Australie, Roland-Garros, Wimbledon) de l’année et son meilleur résultat en Majeur à ce jour est le troisième tour atteint à Roland-Garros en 2020.

Face à Rybakina, Burel s’est montrée la plus réaliste: elle a concrétisé ses trois balles de break et en a sauvé 8 sur les 9 concédées à son adversaire.

La Rennaise a également bénéficié du grand nombre de fautes directes commises par Rybakina (37 contre 24 pour Burel).

“Elle peut avoir de très bons moments, où tu ne peux pas faire grand chose à part regarder la balle passer. Elle a un bon service alors l’objectif était de retourner un maximum et d’être hyper solide. Je savais qu’elle allait faire des fautes, il y en a eu et j’ai su en profiter”, a souligné Burel.